« Blanche Neige ou la Chute du Berlin » au Uijeongbu Arts Music Festival

Fin de l’été 1989. Au dernier étage de la plus grande tour du « Royaume » (une cité HLM à l’orée d’un bois), une femme d’une quarantaine d’années, Elisabeth, élève seule sa belle-fille, Blanche. C’est une très belle adolescente de 15 ans au look gothique : sa mère est morte quand elle était petite, et son père, un fameux trapéziste, est parti depuis des années pour travailler dans un cirque en URSS.
La vie à deux n’est pas toujours simple.

Au fil des années, un mur s’est construit entre Blanche et Elisabeth. Et à 2000 kilomètres de là, Berlin est toujours coupée en deux.
Entre malentendus et tensions, fugue et inquiétude, Blanche Neige ou la chute du mur de Berlin reprend les éléments phares du célèbre conte en les intégrant à cette version en pleine guerre froide : la forêt (sombre), les nains (de jardin), les pommes (d’amour), le miroir (magique ?)… A l’automne, la chute du mur de Berlin coïncidera-t-elle avec le rapprochement de nos héroïnes ? Vont-elles chuter ensemble ? Ou séparément ? Pour le pire ou pour le meilleur ?


Depuis 1997, La Cordonnerie développe un travail de création pluridisciplinaire qui entremêle théâtre, cinéma et musique qu’ils ont décidé d’appeler « ciné-spectacle ». Les premières répétitions avaient lieu dans l’arrière boutique d’une Cordonnerie de la presqu’île de Lyon, et le nom est resté.
De 2002 à 2007, la compagnie a été en résidence au Théâtre de Vénissieux, c’est à partir de cette époque qu’ils ont entrepris un travail de réécriture et d’appropriation de contes, matériaux d’une profondeur et d’une richesse inépuisable, dans des versions modernes et décalées, destinées à tous les publics, à partir de 6 ans ou 8 ans selon les propositions. La compagnie s’est aussi emparée d’œuvres a priori éloignées du jeune public comme Hamlet de Shakespeare et Frankenstein d’après le livre de Mary Shelley, deux monuments dont les thèmes universels résonnent auprès de tous.

Ce travail d’adaptation se poursuit par la réalisation d’un film muet. Ce dernier est ensuite projeté et accompagné par des musiciens, comédiens et bruiteurs qui créent en direct sur scène l’univers sonore du film grâce notamment à une multitude d’instruments et d’objets hétéroclites. Cinéma et théâtre se font alors écho pour donner naissance à cet objet scénique totalement hybride où se côtoient recherche d’innovation technique (en matière de son, d’image, d’immersion du spectateur…) et esprit profondément artisanal. Le projet artistique s’inscrit dans une véritable recherche de décloisonnement des disciplines mais aussi des propositions dites « jeune public » et « adultes ». 

Date

Trois représentations:

  • Le vendredi 10 mai 2019 à 19h30
  • Le samedi 11 mai 2019 à 15h00 et 19h00

Lieu

Uijeongbu Arts Center small theatre

323, Uijeongbu 2-dong, Uijeongbu-si, Gyeonggi-do