Quatrième révolution industrielle et protection des données personnelles: quelle régulation pour protéger les droits des individus tout en stimulant l’innovation?

L’Ambassade de France, l’Institut français de Corée du Sud et la bibliothèque de l’Assemblée Nationale de la République de Corée organisent le vendredi 17 mai 2019 à l’Assemblée Nationale un  débat sur la quatrième révolution industrielle et la protection des données personnelles, en présence de M. Sébastien Soriano, le Président de l’Autorité française de Régulation des communications électroniques et des postes, M. Antonio Casilli, sociologue spécialiste de l’impact des technologies numériques sur la société, M. Bok-nam YUN, avocat, Mme Moon-jeong CHOI, professeure associée au KAIST (Korea Advanced Institute of Science and Technology), et M. Keechang KIM, professeur de droit à Korea University. Il sera modéré par M. Jihwan Park, avocat.

La quatrième révolution industrielle se caractérise par des changements à un rythme sans précédent, qui bouleversent nos sociétés contemporaines et les obligent à notamment à refonder leurs cadres législatifs en profondeur. Les technologies du numérique offrent un grand nombre de perspectives et d’espoir nouveaux : renouveau démocratique, administration numérique, utilisation des données pour la recherche médicale, etc. D’un autre côté, ces technologies posent de sérieux défis à la vie démocratique : difficulté à distinguer le vrai du faux, redéfinition des frontières de l’humain avec l’essor des biotechnologies, risques d’atteintes aux droits fondamentaux des individus avec l’utilisation non consenties de leurs données personnelles.

L’immense champ ouvert par les technologies du big data et de l’intelligence artificielle pour la collecte, le traitement et l’utilisation des données des individus rend cette question de la protection des données personnelles particulièrement importante. Afin d’encadrer leur utilisation par les entreprises et les gouvernements, et protéger ses citoyens, l’Union Européenne a adopté un mécanisme ambitieux, le «Règlement général sur la protection des données personnelles » entré en vigueur le 25 mai 2018.

Quel premier bilan dresser de la RGPD et de son impact sur les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft)? Quels outils inventer pour prévenir les perspectives d’utilisation abusive, par des entreprises ou des États autoritaires, des données stockées, gérées et partagées par les plateformes en ligne à des fins de contrôle social – pour refuser indûment à un individu la souscription d’une assurance, l’octroi d’un prêt, l’attribution d’un emploi ? Quel droit à l’oubli et à la portabilité des données pour les internautes ? Comment garantir le respect à la vie privée des internautes tout en permettant l’utilisation des données personnelles au service de bien commun ?

Ces enjeux se posent en termes similaires pour la Corée du Sud et la France, deux pays démocratiques soucieux d’encourager l’innovation  et de saisir les opportunités de la quatrième révolution industrielle pour leurs économies et leurs sociétés, sans toutefois affaiblir la protection des droits fondamentaux de leurs citoyens.

Ouvert au grand public, ce débat témoigne d’une volonté commune de stimuler les échanges entre la France et la Corée du Sud sur les enjeux de nos sociétés modernes.

Il s’inscrit dans le cadre d’une initiative régionale de l’Institut français de Paris, qui fera voyager les experts français au Japon et à Taïwan.

Inscriptions

Date

Vendredi 17 mai, de 15h à 17h

Lieu

Auditorium (B1), National Assembly Library
1 Eusadangdaero, Youngdeungpo-gu, Seoul

Langue

Interprétation simultanée français-coréen

Participants

Antonio Casilli

Antonio Casilli

Sociologue, enseignant-chercheur à Télécom Paris Tech et chercheur associé à l’EHESS. Spécialiste de l’impact des technologies numériques sur la société. Il s’intéresse notamment à l’essor de l’économie des plateformes numériques, ainsi qu’à leurs conséquences sur le travail, la vie privée et la sociabilité en réseau. Il est l’auteur, entre autres, des ouvrages : "En attendant les robots. Enquête sur le travail du clic" (Seuil, 2019); "Qu’est-ce que le Digital Labor ?" (INA, 2015); "Les liaisons numériques : Vers une nouvelle sociabilité ?" (Seuil, 2010).

Sébastien Soriano

Sébastien Soriano

Ancien élève de l’Ecole polytechnique, et ingénieur général des Mines, a réalisé l’essentiel de sa carrière dans la régulation de la concurrence et des télécoms, avant de devenir en mai 2012 le directeur de cabinet de Fleur Pellerin, alors Ministre déléguée en charge des PME, de l’innovation et de l’économie numérique. Avant de rejoindre l’Arcep, il était le conseiller spécial de la ministre de la culture et de la communication, en charge notamment du secteur presse. Sébastien Soriano a été nommé président de l’Arcep le 15 janvier 2015, pour un mandat de six ans. En 2017, Sébastien Soriano a été président du BEREC, organe des régulateurs européens des télécoms, et vice-président de l’Organe en 2016 et 2018. Il est actuellement le président de Fratel, le réseau francophone de la régulation des télécommunications. Sébastien Soriano enseigne à l’Ecole d’affaires publiques de Sciences Po, où il a créé le cours de master « Regulation and the Digital economy ». Il est membre du Conseil scientifique du département Humanisme numérique du Collège des Bernardins.

Keechang KIM

Keechang KIM

M. Keechang KIM est professeur à la faculté de droit de Korea University depuis 2008. Il a obtenu son doctorat de droit à l’université Cambridge, après avoir étudié à la faculté de droit de l’Université de Chicago et à Seoul National University. Il est l’auteur de "The inconvenient truth of Korean Web" (Seoul: Digital Media Research, 2009) ainsi que de nombreux articles sur la régulation de l’internet dans des revues académiques.

Bok-nam YUN

Bok-nam YUN

M. Bok-nam YUN est un des avocats associés du cabinet Hankyul Law Group. Membre de la Commission de protection des données personnelles (Personal Information Protection Commission) depuis 2018, il siège dans deux autres comités : « Internet Address Dispute Resolution Committee » et « Internet Address Resource Subcommittee » de l’Alliance pour la gouvernance de l’Internet en Corée (Korea Internet Governance Alliance). Il a étudié le droit à la Boston University Law School et a co-écrit "Talk about Internet Governance" (Korea Internet Information Law Academy, 2014) ainsi que "Getting the Deal Through – E-Commerce" (Law Business Research, 2009-2013).

Moon-jeong CHOI

Moon-jeong CHOI

Mme Moon-jeong CHOI est professeur associée au KAIST (Korea Advanced Institute of Science and Technology), au sein de la « Graduate School of Science and Technology Policy ». Elle a fait ses études doctorales aux Etats-Unis (Case Western Reserve University Mandel School of Applied Social Sciences & Virginia Commonwealth University School of Medicine) où elle a enseigné avant de rejoindre le KAIST en 2014. Ses recherches portent sur le vieillissement, les dispositifs de protection sociale et les politiques en matière de technologie, et plus particulièrement sur le transport des personnes âgées, la mobilité réduite et la santé physique et mentale. Elle a fondé et dirige le groupe de recherche « Aging and Technology Policy Lab » au KAIST (www.aging.kaist.ac.kr).

Modérateur : Jihwan Park

Modérateur : Jihwan Park

M. Jihwan Park est un avocat spécialisé dans l’ouverture des données, et le gouvernement ouvert. Il a travaillé comme intermédiaire entres les organisations de la société civile et le gouvernement dans le cadre du Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO) et de l’Open Data Forum (ODF) en Corée du Sud. Il est actuellement membre du forum national sur l’économie des données (Data Economy Forum), du forum national pour l’innovation gouvernementale (Nation Forum for Government Innovation) et du conseil pour les villes intelligentes du gouvernement métropolitain de Séoul (Smart City Council of Seoul Metropolitan Government).