SOIRÉE DE HAPDONG #5 – LA SCÈNE ARTISTIQUE EN CORÉE: DU NATIONAL AU RÉGIONAL ET À L’INTERNATIONAL ?

La cinquième édition des « Soirées de Hapdong » se tiendra le jeudi 29 novembre 2018 à 20h00 à la Résidence de France sur le thème «La scène artistique en Corée: du national au régional et à l’international ?». Animée par Benjamin Joinau, directeur de l’Atelier des Cahiers, la soirée réunira Bartomeu Mari, directeur du Musée d’Art Moderne et Contemporain (MMCA) de Corée, et Manu Park, directeur de la Fondation Culturelle de Daejeon. Ils discuteront notamment de la répartition ou complémentarité des rôles entre institutions publiques et privées, régionales et nationales ; des stratégies de développement de nouveaux publics; du processus de décentralisation et de l’articulation du national et de l’international tant pour un artiste que pour une institution dans un monde de l’art aujourd’hui globalisé.

Renouant avec les cafés littéraires et philosophiques, une tradition française qui a eu ses lettres de noblesse aux XVIIIe et XIXe siècles, l’Ambassade de France et l’Institut français de Corée du Sud, en partenariat avec l’Atelier des Cahiers, ont lancé les « Soirées de Hapdong », cycle de rencontres-discussions qui se tiennent une fois par mois à la Résidence de France.

Le principe est simple : donner la parole à des artistes, des écrivains, des penseurs, des faiseurs vivant en Corée ou à des Coréens ayant vécu en France, qui ont en partage cette expérience unique de vivre et de créer ailleurs. Chaque mois, deux intervenants échangeront ensemble et avec le public sur un thème lié à leur discipline.

Lors de la soirée, les participants pourront poser leurs questions avec leur smartphone grâce à une application interactive (Pigeonhole Live).

Bartomeu Mari est né en 1966 en Espagne, où il obtient son diplôme en Philosophie à l’université de Barcelone. Il a exercé les fonctions de responsable de la Galerie Bertsch (1989), commissaire de la Fondation pour l’Architecture de Bruxelles (1989-1993), conservateur de l’IVAM de València (1993-1995), Directeur du Centre d’art contemporain Witte de With (1996-2002), Membre du comité de sélection de Documenta 11 à Kassel (2002), Coordinateur du projet de centre international de culture contemporaine, devenu ensuite le Tabakalera (2002-2004), directeur des expositions du Centre d’art contemporain de Barcelone (2004-2008), directeur du MACBA à Barcelone (2008-2015) avant de prendre la direction du Musée d’Art Moderne et Contemporain de Corée en 2015, position qu’il occupera jusqu’en décembre 2018.

Manu Park est né en 1959 à Séoul. Il a étudié la philosophie, l’histoire de l’Art et l’esthétique à l’Université Nationale de Séoul puis à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne où il effectue son doctorat. Il a occupé les fonctions de directeur des expositions pour la Biennale de Gwangju (2001-2003), curateur puis directeur artistique de la Biennale de Busan, Contemporary Arts Exhibition (2004-2010), directeur de l’Atelier Hermès et du Centre d’Art Paik Nam-june (2010-2015), directeur-fondateur de la fondation Platform-L (jusqu’en 2018). Il dirige actuellement la Fondation Culturelle et Artistique de la Ville de Daejeon. Parallèlement à ses fonctions de direction d’institutions culturelles, il a enseigné dans plusieurs universités coréennes prestigieuses et publié plusieurs ouvrages sur l’esthétique et l’évolution des institutions culturelles.

Benjamin Joinau est docteur en anthropologie culturelle, spécialisé en études coréennes. Il est chercheur associé au Centre d’études coréennes (CRC) à l’EHESS, à Paris, et maître de conférences à l’université Hongik, à Séoul. Il vit et travaille en Corée du Sud depuis 1994. Sa thèse de doctorat analysait les régimes d’altérité dans le cinéma coréen. A travers l’herméneutique du matériau cinématographique et désormais de villes sud- et nord-coréennes, il explore les représentations et les pratiques dans la sphère publique coréenne (régimes de visibilité et d’invisibilité, micro-pratiques en agriculture urbaine, sémiologie des formes spatiales, etc.). Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages en français, anglais et coréen. Il est également directeur de la maison d’édition l’Atelier des Cahiers (www.atelierdescahiers.com) et lauréat du Prix culturel France-Corée 2014.

Date

Jeudi 29 novembre 2018, de 20h à 22h

Lieu

Ambassade de France en Coree
43-12, Seosomun-ro, Seodaemun-gu, Seoul 03741(120-030)

Langue

français-coréen (interprétation simultanée)

Informations pratiques

Inscription obligatoire via le formulaire ci-dessous, dans la limite des places disponibles.
Une pièce d’identité sera demandée le jour de l’évènement.
La Résidence ne dispose pas de place de parking.

Inscription