SOIRÉE DE HAPDONG #6 – LES PARCOURS DE DEUX CINÉASTES EN FRANCE ET EN CORÉE

La sixième édition des « Soirées de Hapdong » se tiendra le mercredi 19 décembre 2018 à 20h00 à la Résidence de France sur le thème «Les parcours de deux cinéastes en France et en Corée». Animée par Benjamin Joinau, directeur de lAtelier des Cahiers, la soirée réunira Jéro Yun, réalisateur notamment de Beautiful Days programmé cette année en ouverture du Festival International du Film de Busan et Sébastien Simon, réalisateur, monteur, et programmateur de plusieurs festivals internationaux, dont le festival du court métrage de Busan. Ils nous parleront de leurs parcours entre la Corée et la France, de leurs thèmes de prédilection, de leur intérêt pour le genre documentaire, mais également du rôle des festivals de cinéma dans la diffusion des films et la consécration dun artiste, ainsi que de la place du court-métrage dans les mondes cinématographiques coréen et français.

Renouant avec les cafés littéraires et philosophiques, une tradition française qui a eu ses lettres de noblesse aux XVIIIe et XIXe siècles, lAmbassade de France et lInstitut français de Corée du Sud, en partenariat avec lAtelier des Cahiers, ont lancé les « Soirées de Hapdong », cycle de rencontres-discussions qui se tiennent une fois par mois à la Résidence de France depuis le mois de mai 2018.

Le principe est simple : donner la parole à des artistes, des écrivains, des penseurs, des faiseurs vivant en Corée ou à des Coréens ayant vécu en France, qui ont en partage cette expérience unique de vivre et de créer ailleurs. Chaque mois, deux intervenants échangeront ensemble et avec le public sur un thème lié à leur discipline.

Lors de la soirée, les participants pourront poser leurs questions avec leur smartphone grâce à une application interactive (Pigeonhole Live).

Date

le 19 décembre 2018 à 20h

Lieu

Ambassade de France en Coree
43-12, Seosomun-ro, Seodaemun-gu, Seoul 03741(120-030)

Intervenants

JERO YUN
Né à Busan, Jero Yun a étudié l’art et le cinéma en France. Son court-métrage Promesse a gagné Le Grand Prix à l’Asiana International Short Film Festival en 2011.
Madame B, histoire d’une nord-coréenne (2016), co-produit par la France et la Corée, est présenté à Cannes dans le cadre de l’ACID puis circule dans de nombreux festivals : Jeonju, Zurich Film Festival, et Moscow IFF où il gagne le prix du Meilleur Documentaire.
En 2017, il remporte les prix de Meilleur Réalisateur à KISFF et de Meilleur Acteur au Tokyo Short Shorts avec son court-métrage Hitchhiker sélectionné aussi à la Quinzaine des Réalisateurs 2016.
Son documentaire Letters reçoit le prix du Meilleur réalisateur de l’année 2018 à West Lake Int. Doc (Hangzhou).
Son 1e long-métrage de fiction Beautiful days est présenté cette année en ouverture du Festival International du Film de Busan.

SEBASTIEN SIMON
Né en 1983 en Alsace, Sébastien Simon est diplômé de l’École Supérieure libre d’Études Cinématographiques et de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, et a débuté comme monteur. Depuis 2011, il travaille de façon nomade comme réalisateur tout en contribuant à la programmation et à l’organisation de plusieurs festivals en Corée du Sud (Busan International Short Film Festival, Festival de Film Français de Jeju, Seoul International Extreme-Short Image & Film Festival), en France (Rencontres Cinématographiques de Cavaillon) et aux États-Unis (Slamdance Film Festival). Ses derniers projets, co-réalisés avec Forest Ian Etsler, sont Vue de l’esprit (2014), The Urban Suite (2014), La folle routine de Tetsu Kono (2016) et The Troubled Troubadour (2016).

BENJAMIN JOINAU
Benjamin Joinau est docteur en anthropologie culturelle, spécialisé en études coréennes. Il est chercheur associé au Centre d’études coréennes (CRC) à l’EHESS, à Paris, et maître de conférences à l’université Hongik, à Séoul. Il vit et travaille en Corée du Sud depuis 1994. Sa thèse de doctorat analysait les régimes d’altérité dans le cinéma coréen. A travers l’herméneutique du matériau cinématographique et désormais de villes sud- et nord-coréennes, il explore les représentations et les pratiques dans la sphère publique coréenne (régimes de visibilité et d’invisibilité, micro-pratiques en agriculture urbaine, sémiologie des formes spatiales, etc.). Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages en français, anglais et coréen. Il est également directeur de la maison d’édition l’Atelier des Cahiers (www.atelierdescahiers.com) et lauréat du Prix culturel France-Corée 2014.

Inscription