Soirées de Hapdong – Les Corées du Sud et du Nord comme terrain de recherche

Des mots pour le dire, des mots pour le vivre : Des mots des mondes

Renouant avec les cafés littéraires et philosophiques, une tradition française qui a eu ses lettres de noblesse aux XVIIIe et XIXe siècles, l’Ambassade de France et l’Institut français de Corée du Sud, en partenariat avec l’Atelier des Cahiers, ont lancé les « Soirées de Hapdong », cycle de rencontres-discussions qui se tiennent une fois par mois à la Résidence de France.

Le principe est simple : donner la parole à des artistes, des écrivains, des penseurs, des faiseurs vivant en Corée ou à des Coréens ayant vécu en France, qui ont en partage cette expérience unique de vivre et de créer ailleurs. Chaque mois, deux intervenants, français et coréen, échangeront ensemble et avec le public sur un thème lié à leur discipline.

La deuxième édition des « Soirées de Hapdong » se tiendra le mercredi 6 juin 2018 à 20h00 à la Résidence de France sur le thème « Les Corées du Sud et du Nord comme terrain de recherche » (interprétation simultanée français-coréen).

Animée par Benjamin Joinau, directeur de l’Atelier des Cahiers, la soirée réunira Élisabeth Chabanol, historienne de l’art et archéologue, et Cho Kwang, spécialiste de l’histoire du catholicisme en Corée.

Pendant la soirée, les participants pourront poser leurs questions avec leur smartphone grâce à une application interactive (Pigeonhole Live).

——–

Benjamin Joinau est docteur en anthropologie culturelle, spécialisé en études coréennes. Il est chercheur associé au Centre d’études coréennes (CRC) à l’EHESS, à Paris, et maître de conférences à l’université Hongik, à Séoul. Il vit et travaille en Corée du Sud depuis 1994. Sa thèse de doctorat analysait les régimes d’altérité dans le cinéma coréen. A travers l’herméneutique du matériau cinématographique et désormais de villes sud- et nord-coréennes, il explore les représentations et les pratiques dans la sphère publique coréenne (régimes de visibilité et d’invisibilité, micro-pratiques en agriculture urbaine, sémiologie des formes spatiales, etc.). Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages en français, anglais et coréen. Il est également directeur de la maison d’édition l’Atelier des Cahiers (www.atelierdescahiers.com) et lauréat du Prix culturel France-Corée 2014.

Maître de conférences à l’École française d’Extrême-Orient (EFEO), Élisabeth Chabanol est responsable du Centre de l’EFEO à Séoul. Elle mène depuis la fin des années 1980 des études de terrain dans la péninsule coréenne où elle réside, recherches centrées sur le développement urbain des anciennes capitales. Après s’être intéressée aux systèmes funéraires du Silla (Gyeongju, Corée du Sud) dans le cadre de sa thèse, elle conduit depuis quinze ans des recherches conjointes avec le National Authority for Protection of Cultural Heritage de Corée du Nord. Elle dirige la Mission archéologique franco-nord-coréenne à Kaesong, sous l’égide de la Commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Ses derniers travaux sont consacrés à la forteresse de Kaesong.

Professeur émérite de l’université Korea et Président du National Institute of Korean History, Cho Kwang a été amené par ses recherches à travailler avec les pionniers des études coréennes en France, pays d’où venaient les missionnaires qui, au XIXe siècle, ont aidé à la propagation du catholicisme en Corée. Ses différentes fonctions l’ont conduit à plusieurs reprises en mission en Corée du Nord. Ses nombreuses publications traitent de la société de la seconde moitié de la période du Joseon, de l’histoire des relations coréano-japonaises et de la réception du catholicisme en Corée.

Date

6 juin 2018, de 20h à 22h

Lieu

Ambassade de France en Corée
43-12, Seosomun-ro, Seodaemun-gu, Seoul 03741(120-030)

Inscription

Nous sommes désolé, les inscriptions sont complètes. 죄송합니다. 참가신청이 마감되었습니다.